Bivouac sauvage

Bivouac sauvage

Peut-on dormir sur place quand la pêche de nuit n’est pas autorisée ?

C’est une question qui revient régulièrement pour de nombreux carpistes qui souhaitent aborder un lac ou une rivière mais dont la pêche de la carpe de nuit n’est pas autorisée. En effet, lorsque la pêche de nuit n’est pas autorisée voici ce que dit la réglementation :

La pêche de la carpe de nuit est une dérogation à la réglementation générale de la pêche.

Elle ne peut se pratiquer toute l’année uniquement sur les parcours délimités à cet effet par arrêté préfectoral, du bord et avec des esches végétales. Toutefois, depuis 1/2 heure après le coucher du soleil jusqu’à 1/2 heure avant son lever aucune carpe capturée ne peut être détenue en captivité et transportée.

L’objet de cet article est donc de comprendre ce que dit la loi en la matière.

Quelles différences entre Camping Sauvage et Bivouac

En vacances en pleine nature ou pendant les randonnées, l’envie de pratiquer du camping sauvage ou du bivouac est souvent tentante. Cependant, il y a souvent une confusion entre les deux pratiques et il n’est pas toujours évident de déceler la différence entre les deux. Voici quelques indications pour faire la différence entre camping sauvage et bivouac.

Définition du camping sauvage et du bivouac

Le camping sauvage France est celui qui s’effectue isolément hors terrain de camping aménagé. Il est semblable à du tourisme temporaire qui se pratique sous une tente. Il se pratique couramment pas très loin des habitations, à un endroit fixe avec un moyen de transport (camping-car, voiture, combi, etc.)

Cette activité n’a pas encore fait l’objet d’une réglementation générale, elle est donc en principe toléré ou pas interdite dans certaines zones. Les zones interdites le sont pour des raisons écologiques, environnementales, de sécurité ou de salubrité publique. Le non-respect de ces interdictions est puni par une amende.

Le bivouac quant à lui est perçu comme un campement temporaire dans un espace naturel pas toujours aménagé. Il se pratique généralement du coucher du soleil à son lever, sur plusieurs jours et à plusieurs endroits.

Les personnes qui pratiquent le bivouac sont des adeptes d’activités de plein air comme l’escalade, la randonnée, le VTT, le kayak. Autrement dit, le bivouac est pratiqué par des sportifs souvent trop éloignés de la civilisation et obligés de dormir dans la nature. Il se pratique donc à la belle étoile et son but est de se reposer une nuit avant de repartir le lendemain à l’aventure.

Différences quant à l’équipement et aux lieux

Le camping sauvage nécessite un équipement plus lourd et durable que celui du bivouac. C’est le cas des tentes qu’on installe souvent pour plusieurs jours alors que certains pratiquants du bivouac n’en utilisent pas ou utilisent une tente sommaire. À la différence du campeur sauvage qui dispose d’un véhicule motorisé, l’adepte de bivouac se balade avec un moyen de transport plus léger comme le vélo.

De plus, le bivouac se pratique dans les parcs naturels régionaux ou nationaux où il est autorisé sous certaines conditions. Le camping sauvage y est par contre interdit. Le campeur sauvage a tendance à rechercher un endroit proche de la ville comme un parking, un bord de route et à y rester pendant plusieurs jours.

Le bivouac est une activité plus tolérée contrairement au camping sauvage.

À la différence du camping « classique », le camping sauvage est soumis à une loi plus restrictive. Ainsi, cette activité même temporaire est interdite sur la voie publique, les routes, les sites classés ou protégés, à côté d’un monument historique, dans les réserves naturelles, sur les rivages de la mer ou à proximité d’un point d’eau destiné à la consommation.

Une réglementation plus stricte du camping sauvage

La violation de la loi est sanctionnée par camping sauvage amende prévue par la loi pénale et le code de l’environnement. L’amende encourue peut aller jusqu’à 1500 euros et elle peut dépasser ce montant si le campeur porte atteinte à l’environnement à cause de la salubrité ou en allumant un feu.

En conclusion

On peut donc conclure que l’activité de camping sauvage ou de bivouac dans un lieu du domaine publique est tolérée si aucune interdiction sur le site le mentionne. Toutefois, on note tout de même que la notion de Bivouac s’adapte beaucoup plus pour les carpistes baroudeurs qui pêcheront hors des chemins battus. La notion de camping sauvage est plus orienté aux carpistes disposant de beaucoup de matériel et qui pêcheront proche d’une route ou de la ville.

Bonne pêche.

L’équipe Geocarp.com

Nos sources :

http://www.cotemaison.fr/jardin/les-bords-de-l-eau-ce-que-dit-la-loi_13843.html
https://www.lecampingsauvage.fr/legislation-et-reglementation/camping-sauvage-bivouac
https://justice.ooreka.fr/astuce/voir/620891/camping-sauvage

Partager !

Haut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Montrer les boutons
Cacher les boutons